Les différentes étapes de la consignation 

Les installations électriques comportent des risques. Elles représentent le plus souvent une grande menace pour les usagers. Pour assurer leur sécurité, la consignation de plusieurs appareils peut s’avérer utile. Il s’agit d’une procédure assez complexe, qui nécessite l’intervention d’un professionnel reconnu. Pour lancer le processus, il est utile de comprendre son mode de fonctionnement. Dans cet article, nous vous présentons les différentes étapes de la consignation électrique.

Consignation électrique : qu’est-ce que c’est ? 

On réalise une consignation électrique pour des raisons de sécurité. Il s’agit d’une opération plus ou moins technique à réaliser sur un appareil électrique. Cette démarche est indispensable :

  • pour la mise en sécurité de l’installation ;
  • lors des travaux de réhabilitation ou d’intervention à réaliser hors tension ;
  • pour la mise en sécurité des usagers.

L’objectif d’une consignation

L’installation électrique exige certains gestes de bon sens. L’objectif est de couper l’arrivée d’énergie afin de bloquer l’accès à certains équipements lorsqu’ils ne sont pas en marche. En effet, certains appareils sont toujours alimentés par le courant même s’ils ne sont plus en fonctionnement. Cette mesure permet ainsi de sécuriser le personnel intervenant sur une installation électrique

Une intervention dans le respect d’un protocole défini

La consignation électrique vise à mettre hors tension une zone de l’installation électrique. Pour réaliser cette procédure, il faut suivre un protocole strict. Ce dernier est conforme à la norme NF C18-510. Elle régit toute opération effectuée dans un lieu à haut risque électrique. Tous les intervenants sont tenus de respecter les instructions de sécurité définies par cette norme. Le respect du protocole permet de réduire les risques électriques.

L’utilité d’une étape de la consignation

Cette procédure est indispensable pour certains cas. Pour en savoir plus sur l’étape de la consignation, consultez cette page

Dans le cas des travaux sur une zone raccordée

La consignation est une priorité lorsqu’on intervient dans un lieu raccordé à l’électricité. Le lieu raccordé peut être un logement, une usine ou des bureaux. 

Pour toutes les interventions sur des appareils électriques

On applique ce geste préventif pour toutes les interventions sur les appareils électriques. En effet, il faut prendre certaines précautions avant de réaliser une réparation de machines ou des travaux de maintenance 

Les lieux de travail sont exposés à de nombreux accidents chaque année. Ces accidents surviennent parfois par négligence. Lorsqu’un travailleur oublie de désactiver une machine, cela peut entraîner : 

  • une électrocution ;
  • une exposition aux fluides sous pression ;
  • de nombreux risques électriques.

La consignation est donc une mesure de sécurité planifiée pour neutraliser les sources d’énergie sur les lieux de travail. Un accident peut se produire lorsqu’il y a confusion entre la mise hors tension d’une machine et son arrêt

La coupure d’alimentation est réalisée avec minutie afin de réduire les risques liés aux consommations fantômes. Comme déjà mentionné plus haut, le courant passe toujours même si un appareil est dépourvu de tension électrique. 

Les risques les plus fréquents en absence d’une consignation

La manipulation des câbles électriques sans aucune précaution et sans consignation électrique présente des dangers. Les risques les plus fréquents sont l’arc électrique et le choc électrique.

Un risque lié à l’arc électrique

On parle d’un arc électrique lorsqu’un courant électrique traverse l’air. Ce type de courant est déclenché par procédé d’ionisation ou par l’ajout ou la baisse des charges électriques d’un atome. Lorsque la charge électrique est donc déséquilibrée, elle forme un ion ou un atome qui n’est plus neutre électriquement. Le courant rejoint ensuite le sol sous forme d’arc. L’exemple le plus courant est celui de l’éclair d’un orage. 

Un risque lié au choc électrique

Le choc électrique est un danger très fréquent. Il survient quand le corps humain touche un câble électrique qui est relié à la terre. Notons que le corps est aussi un conducteur électrique. Cela signifie qu’un courant peut certainement le traverser. On parle alors d’électrisation. À la différence de l’électrocution, l’électrisation n’entraîne pas forcément la mort. Sa gravité dépend tout de même de l’intensité du courant. Lorsqu’elle est faible, le corps subira des spasmes musculaires. Si elle est intense, soit à plus de 10 A, de graves brûlures surviennent. 

Quelles sont les grandes étapes de la consignation ? 

Il existe plusieurs étapes pour consigner des installations électriques. Il faut toujours suivre les directives sur les prescriptions minimales de sécurité et de santé. 

L’étape de la séparation

Pour cette première étape, la procédure est simple. Il faut isoler un appareil des sources de tension, que ce soit en amont et en aval. On peut neutraliser l’alimentation en énergie par différents moyens : 

  • la dépose du pont ;
  • l’enlèvement du fusible ou bien des pièces de contact ;
  • le blocage du transfert via des dispositifs de séparation.

La séparation consiste alors à couper les conducteurs actifs et le neutre d’un appareil touché par un problème électrique. 

L’étape de la condamnation

Après l’étape de la séparation, on passe à la condamnation électrique. Elle consiste : 

  • à bloquer l’accès à l’installation électrique ;
  • à rendre impossibles les manipulations de l’organe de séparation ;
  • à utiliser un verrouillage de l’installation : un cadenas ou une serrure.

La procédure de condamnation vise à séparer un appareil du reste d’un ensemble d’équipement électrique. On condamne le matériel pour qu’il ne fonctionne plus. On entrave alors son mécanisme grâce à l’installation d’unsystème de blocage. 

On utilise le plus souvent des cadenas de consignation. Ils permettent de verrouiller un dispositif de condamnation sur plusieurs points de fermeture. 

L’étape de la vérification d’absence de tension

Il est important de vérifier l’absence de tension afin de s’assurer du bon déroulement des étapes précédentes. On réalise alors cette vérification près de la zone d’intervention et sur les éléments conducteurs actifs de l’installation. Pour effectuer cette opération, il faut utiliser un outil spécifique comme un vérificateur d’absence de tension ou VAT. C’est un outil réglementé suivant les normes de sécurité. Il existe trois types de VAT disponibles : 

  • un détecteur haute tension de type capacitif pour les tensions alternatives supérieures à 1 kV ;
  • un détecteur haute tension de type résistif pour les tensions alternatives jusqu’à 36 kV ;
  • un détecteur basse tension de type bipolaire pour les tensions alternatives inférieures à 1 kV et pour les tensions continues à moins de 1,5 kV.

L’étape de la mise à la terre et en court-circuit

Il s’agit de la dernière étape d’une procédure de consignation. L’opération vise l’évacuation des potentielles énergies résiduelles au sein d’une installation électrique. Après la constatation de l’absence de tension, on réalise la mise à la terre et en court-circuit. Cette méthode touche tous les conducteurs actifs, même le neutre. Grâce à cela, on évite la réalimentation de l’installation, que ce soit en amont ou en aval.

L’installation sera ainsi protégée des effets de l’induction électromagnétique, mais encore, du coupage capacitif. Cela signifie alors que l’installation n’est plus alimentée et l’énergie qui reste a été évacuée vers la terre. 

Après ces  différentes étapes, le personnel qui intervient dans le dépannage électrique peut travailler en toute sécurité sans risque d’électrisation ni d’électrocution. 

Faire une attestation de la consignation électrique

À la fin de l’opération, la personne chargée de la consignation doit faire une attestation. Celle-ci est obligatoire pour attester l’achèvement et le bon déroulement du processus. Le document doit contenir certaines mentions obligatoires : 

  • le lieu ;
  • la désignation de l’ouvrage ;
  • la description des opérations ;
  • le suivi des étapes ;
  • l’attestation sur l’honneur.

L’étape de la déconsignation

On réalise une déconsignation électrique après les travaux de maintenance ou de réparation électrique. Le chargé de la consignation remet le courant en marche dans tout le réseau électrique. Cette intervention consiste également à retirer tous les dispositifs de blocage comme les cadenas de condamnation.